Josée Pedneault


Statement· Bio

CV · Contact


RECENT PROJECTS
The Invisible Spectrum

Solar Calendar

Nævus

Sunset/Sunrise

Murmurations

Snæfellsness


OLDER PROJECTS
Con todo mi afecto

Murmures

Le désordre des jours (and +)


PUBLIC ART
Nævus (Aires Libres)

Annedda

Géométrie variable


COLLABORATIONS
The New Gods

The Hong Kong Suite

From Warsaw with Love

ANNEDDA

2014
Five murals consisting of black and white photographs on 415 (20 x 30 cm) ceramic tiles.
Installed at the Thoracic institute of the McGill University Health Centre

   
Annedda means "tree of life" in the language of Stadaconé, an American first nation who disappeared 60 years following Jacques Cartier's travel to Canada. The Stadaconés had revealed to the French the secret of the Annedda, miraculously healing crews of men affected by scurvy. Oversight or concealment, the first nation vanished along with its secret, and the identity of the specie to which it refers remains a mystery of nearly 500 years. Annedda takes us to a moment in history when mutual support and empathy led to an alliance between peoples.

Annedda makes direct reference to the plants and trees traditionally employed in the treatment of respiratory afflictions, showing continuity between past scientific developments and modern technological advances. Each of these plants, indigenous to Québec – Ulmus rubra (slippery elm), Thuja occidentalis (white cedar), Borago officinalis (borage), Pinus strobus (white pine), and Cetraria islandica(Iceland moss) – was chosen specifically for its therapeutic effects on the respiratory system.

Annedda has been realized thanks to the Politique d'intégration des art à l'architecture (1%) du ministère de la culture et des communications du Québec.

Art collection of the McGill University Health Centre

Collaborateurs: Saada El-Akhrass, Jean-François Hébert, Howard Quinns de Sadler Green, Importations Modal Logistic Inc., Les Constructions CRP.


  Annedda signifie « arbre de vie » en langue amérindienne de la nation de Stadaconé, peuple disparu 60 ans après les voyages de Jacques Cartier au Canada. Cette nation a confié aux Français le secret de l'Annedda, guérissant les hommes décimés par le scorbut de manière quasi miraculeuse. Oubli ou occultation, le nom amérindien disparaît complètement et l'identité de l'espèce à laquelle il réfère demeure une énigme vieille de près de 500 ans. Annedda réfère à un moment historique où l’entraide et l’empathie ont mené vers une alliance entre les peuples.

Annedda fait directement référence aux plantes et aux arbres traditionnellement employés pour le traitement des affections respiratoires, proposant ainsi un rapport de contiguïté entre les développements scientifiques du passé et les avancées technologiques actuelles. Chacune de ces plantes indigènes du Québec – l’Ulmus rubra (orme rouge), le Thuja occidentalis (cèdre blanc), la Borago officinalis (bourrache), le Pinus strobus (pin blanc), et le Cetraria islandica (lichen d’Islande) – a été sélectionnée spécifiquement pour ses effets thérapeutiques sur le système respiratoire.

Annedda a été réalisé grâce à la Politique d'intégration des art à l'architecture (1%) du ministère de la culture et des communications du Québec.

Collection d'oeuvres d'art du Centre Universitaire de Santé McGill

Collaborateurs: Saada El-Akhrass, Jean-François Hébert, Howard Quinns de Sadler Green, Importations Modal Logistic Inc., Les Constructions CRP